•  
  •  
  • Home
  • /Les différentes techniques

Les différentes techniques

Pour pouvoir corriger les différentes dysfonctions ostéopathiques diagnostiquées lors de l’examen clinique, l’ostéopathe est capable d’utiliser différentes techniques, qui relèvent de deux principes de corrections différents : le structurel et le fonctionnel.

Le structurel :

Dites « techniques d’accumulation vers la correction », ces techniques peuvent s’adresser à tout type de structures (articulations, ligaments, fascias, viscères…), dont elles respectent les limites physiologiques et ne présentent aucun danger lorsqu’elles sont pratiquées par un professionnel.

Il existe différentes techniques qui prennent appuis sur ce principe:

• Les techniques en High Velocity Low Amplitud (HVLA), qui vont causer un « crac ». Utilisées pour corriger une articulation, elles sont dites « techniques de faible amplitude et de haute vélocité », car c’est la vitesse qui permet la correction, et elles peuvent parfois faire un bruit qui n’est rien d’autre que le fameux « crac » que l’on entend. Elles sont réalisées sans force et ne sont pas source de douleurs. Elles ne présentent pas de risque, mais ne sont pas pratiquées chez les sujets fragiles (nourrissons, personnes âgées, personnes avec des pathologies spécifiques).
• Les techniques structurelles sans accélération, le praticien attend que la dysfonction relâche (pas de « crac »).
• Les techniques d\’énergie musculaire où c\’est le patient qui se corrige par des contractions musculaires précises, ordonnées par le praticien (pas de « crack » non plus).

 



Le fonctionnel :

Ce sont des techniques douces et confortables qui s’adressent aussi à toutes les structures. Leur principe est d’amener doucement les tissus à se relâcher en les équilibrant, permettant ainsi la correction de la dysfonction ostéopathique. Elles ne font pas « craquer », ne créent aucune douleur, et leur efficacité surprend parfois les patients tant elles sont douces. Ces techniques peuvent donc être effectuées sur tous les patients sans restriction d’âge ou de quelconques pathologies.
On trouve aussi différentes manières de les pratiquer, toutes restant très confortable et sans aucune douleur:

• Techniques d’équilibration dans le sens de la dysfonction: le praticien équilibre les tensions sur une pièce osseuse jusqu’à leurs relâchements.
• Techniques d’accumulation des tensions dans le sens de la dysfonction: le praticien amène doucement l’articulation vers le sens de la dysfonction, et c’est l’organisme lui-même qui ramène tout vers la correction pour se corriger en douceur.

Ainsi on se rend compte que l’ostéopathie est praticable avec succès sur tous les patients, qu’ils soient jeunes, âgés, en bonne ou en mauvaise santé, tous les patients ont quelque chose à en tirer pour leur santé.