•  
  •  
  • Home
  • /Les principes

Les principes

Comment ça marche, et pourquoi ?

Principe Holistique :

L’homme est un tout. Donc lorsqu’une partie du tout est atteinte, c’est qu’il existe un déséquilibre, une dysharmonie du corps tout entier. Il est donc très important pour un ostéopathe de traiter le patient dans sa globalité : de traiter le malade, et non la maladie.
De plus l’homme étant un tout mais aussi l’élément du tout, l’ostéopathe doit aussi tenir compte de l’environnement dans lequel le patient évolue, incluant ainsi le travail, le sport, la nutrition et la psyché de l’individu.
Quand le praticien possède tous ses éléments, il peut prodiguer un traitement spécifique adapté à la personne, ou bien réorienter quand ce n’est plus de son ressort.


Principe de l’autorégulation ou homéostasie :

On doit le terme d’homéostasie au Dr. Claude Bernard, médecin et physiologiste français du 19e siècle.
L’homéostasie est définie comme un processus physiologique de l’organisme, qui maintient de manière constante, l’équilibre de son milieu intérieur en dépit des variations et des contraintes du milieu extérieur. C’est la capacité du corps à s’autoréguler.
Mais parfois, ce système peut ne pas correctement fonctionner. C’est le rôle de l’ostéopathe d’aider le corps à retrouver cette bonne fonctionnalité.


Dysfonction ostéopathique ou appelée aussi dysfonction somatique :

C’est une réaction mécanique et physiologique d’une structure du corps (articulation, muscle, tendon, ligament, fascia, organe) en réponse à une contrainte ou une agression. Elle s’exprime par une restriction de mobilité, appelée plus vulgairement « blocage », qui pourra retentir à distance sur une ou plusieurs autres structures anatomiques.

En effet, ici pas de « déplacement ». Une articulation ne se déplace pas, elle se fige, elle se bloque, elle diminue sa mobilité. Et le travail de l’ostéopathe consiste à enlever ses restrictions de mobilité qui empêchent la fonction optimale de l’homéostasie ; cette dernière, remplissant son rôle correctement, grâce à un bon apport sanguin par les artères, à tous les systèmes corporels, non « obstruées » par une dysfonction. Il faut retenir que le terme « obstrué » fait référence à une dysfonction somatique et non à une entité médicale du type thrombose, athérome…


Principe de l’artère :

Le Dr. Still (créateur de l’ostéopathie) pensait que toutes les maladies étaient dues à un mauvais apport sanguin, tant au niveau mécanique (dysfonction somatique) que nutritionnel (alimentation). Il pensait aussi que le sang possédait ses propres substances (l’immunité) capables de contrer ses maladies. Le système circulatoire se distribuant dans tout le corps humain, il était évident pour Still que l’intégrité de ce système était la condition sine qua non à la bonne santé d’un individu.


Principe de la Structure et de la Fonction :

Il existe une étroite corrélation entre la structure et la fonction. En effet l’une ne peut pas aller sans l’autre. La fonction de marcher nécessite la structure des jambes, mais les jambes servent à marcher. C’est pourquoi Still disait que « la structure gouverne la fonction, et la fonction modèle la structure ». D’où le besoin d’avoir une bonne structure pour avoir une bonne fonction. Et c’est le devoir de l’ostéopathe que de régler l’ensemble des structures du corps humain pour en améliorer toutes ses fonctions.
C’est pour cela que l’ostéopathie fonctionne efficement dans le domaine des pathologies dites fonctionnelles (anomalie du fonctionnement d’un tissu organique), et beaucoup moins pour des pathologies organiques (altération de la structure même d’un tissu organique). Mais il faut aussi savoir que la plupart des pathologies organiques débutent souvent par des pathologies fonctionnelles qui sont mal ou pas soignées. Et c’est avec le temps que les maladies fonctionnelles se transforment en maladies organiques. C’est pour cela qu’il faut traiter les patients à temps et faire de la prévention pour éviter que cela ne se complique.